Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : ASSOCIATION TERRE CELTIQUE
  • : L'Association Terre Celtique prône les valeurs traditionnelles de la famille, du travail et des cultures ancestrales. Si vous êtes intéressé par le fait de rejoindre une association qui bouge, qui ose manifester son appartenance à la culture Celte et en est fier, si vous aussi en avez assez de subir rejoignez nous afin d'être plus fort, solidaire et unis. Plus qu'une Association nous sommes une famille !!!! Nous vous proposons: Une ambiance qui correspond à vos idées, Des sorties en extérie
  • Contact

BIENVENUE

Recherche

Liens

Archives

23 mai 2007 3 23 /05 /mai /2007 07:44

lion.gif

Bienvenue à tous pour cette 31ème marche de la Peene qui exprime pacifiquement depuis plus de 30 ans la fidélité des Flamands de France à leur identité réelle.
Bienvenue à nos frères de Flandre du nord et des Pays-Bas dont nous avons été séparés et qui ne nous ont pas oubliés.
Je remercie les organisateurs du Comité de la Peene pour leur ténacité bien flamande sans laquelle cette manifestation annuelle n’aurait pu se maintenir aussi longtemps.
Je remercie enfin les associations flamandes ayant appelé à cette manifestation : le Cercle Michel de Swaen, Westhoek en alerte et l’ Alliance Régionale Flandre - Artois - Hainaut que je représente.
J’ai une pensée également pour notre ami Dominique Hardebolle qui nous a quittés brutalement il y a quelques mois et qui était un fidèle de cette marche depuis le début.

Rappel historique

Je rappelle pour les nouveaux venus qu’il y a 330 ans, la terre où nous nous trouvons perdait sa souveraineté pour tomber sous la coupe française.
C’est ici que se déroula l’ultime bataille qui opposa le 11 avril 1677 les troupes de Louis XIV à celles de Guillaume III d’Orange, petit fils de Guillaume le Taciturne, venu délivrer Saint Omer de l’occupation française. Cette défaite sera suivie du traité d’Aix la Chapelle en 1668.
La frontière « définitive » ne sera confirmée internationalement qu’en 1713, au traité d’ Utrecht.
Cette terre était partie intégrante depuis des siècles d’un puissant ensemble politique, le Comté de Flandre, et d’un ensemble plus large, les Pays-Bas des XVII Provinces, dont la Flandre, l’Artois et le Hainaut constituaient la partie méridionale, les Pays-Bas du Sud, ou « Pays d’en Bas » comme on disait alors.

Aussi, nous Flamands, ne sommes pas « des gens du Nord » par rapport à Paris, mais « du sud » par rapport à notre patrie démembrée.
Nous sommes littéralement des « sud – néerlandais » ! Nos patries charnelles, c’est à dire, étymologiquement, les terres de nos pères, s’appellent Flandre et Pays-Bas.
Au sud, ce sont d’autres pays avec d’autres cultures et d’autres identités, tout aussi respectables par ailleurs !

L’obélisque qui se dresse à cet endroit a été érigé par les valets de l’occupant pour fêter la victoire de celui-ci. Il est le triste symbole du reniement et de la trahison de certaines de nos élites !…et aujourd’hui, ça continue !

L’occupation française aura des conséquences catastrophiques sur le peuple flamand de France :
- changement de nom de nos pays en sinistre « NORD-PAS DE CALAIS »
- interdiction de notre langue
- enseignement d’une autre Histoire, avec d’autres ancêtres et d’autres mythes
- conditionnement et endoctrinement à des valeurs étrangères et à des conceptions du monde contraires à nos mentalités de peuples du Nord
- main basse sur notre économie, nos infrastructures, nos impôts, notre force de travail
- suppression de notre pouvoir de décision dans tous les domaines.
Cela s’appelle une « mutation identitaire ».
Et aujourd’hui, cette mutation identitaire prend un tour irréversible et industriel avec la substitution de population à grande échelle ! Certains parlent même de « génocide de substitution » !
Toute l’Europe est concernée par cette catastrophe mondialiste, mais plus particulièrement les petits peuples et les minorités ethniques comme la nôtre, voués à disparaître.

NOUS NE SOMMES PLUS MAITRES CHEZ NOUS !

LA DISPARITION DE L’ETHNIE FLAMANDE DE FRANCE EST PROGRAMMEE !!
Les Flamands et leurs associations ne doivent plus se voiler pudiquement la face devant cette évidence.

Aujourd’hui, ceux qui parlent encore flamand ou qui ont seulement conscience d’être flamands, sont devenus minoritaires en Flandre, CHEZ EUX, notamment dans les villes !
En s’abandonnant, corps et âme, par conditionnement ou indifférence, à l’ « identité française une et indivisible», les Flamands de France ont brisé leurs ultimes défenses et disparaîtront dans le melting-pot « franco- n’importe quoi » !

LA MARCHE DE L’IDENTITE FLAMANDE
En affirmant cela, je mets le doigt sur une notion dont on nous a rebattu les oreilles durant cette campagne électorale, celle de l’ IDENTITE.
Car c’est bien de cela qu’il s’agit.
C’est bien pour cela que nous sommes ici aujourd’hui avec nos drapeaux !
C’est pour affirmer sans complexes notre identité flamande !
Jamais dans une campagne présidentielle on n’aura autant parlé d’ « identité » …ce qui est révélateur d’un pays qui va mal !
Mais les réponses des candidats sont inquiétantes pour nous Flamands et Européens de France.

De l’extrême gauche à l’extrême droite française, sans aucune exception, il y a consensus sur la conception monolithique de l’identité française, à savoir :
- un seul peuple, obtenu par « métissage » (accord total entre ROYAL et SARKOZY sur ce sujet. Ce sont eux qui utilisent ce terme, pas moi !),
- un seul Etat, avec tous les pouvoirs à Paris et à ses Hauts fonctionnaires (on connaît hélas!)
- une seule langue, celle de la République ! (la nationaliste française Marine LE PEN « combat » le bilinguisme régional au prétexte qu’il pourrait justifier une signalétique en arabe dans les banlieues ! Hallucinant !).

Je note que Ségolène Royal s’est proclamée publiquement « la candidate du métissage », que Nicolas Sarkosy en a fait autant, se définissant comme – je le cite – un « sang mêlé », tandis que sa femme se vantait de n’avoir « aucune goutte de sang français dans les veines»…
C’est la confusion identitaire la plus complète, sur fond de discours autour de la notion de « sang » ! Du jamais vu dans une campagne présidentielle ! Nous on n’oserait pas !
Cela nous autorise donc à nous positionner aussi sur ce champ là et à exprimer que « nous sommes de sang flamand », que nous appartenons à l’ethnie flamande d’Europe et que nous sommes opposés à la disparition irréversible des peuples – de tous les peuples ! - que constitue le métissage généralisé !
Nous sommes pour le droit des peuples à se maintenir en tant que peuples originaux et enracinés sur leur propre sol, celui de leurs ancêtres.
C’est ce que pensent la plupart des peuples sains du monde !

NOTRE IDENTITE REELLE
La définition de l’identité est simple. Elle consiste à répondre aux questions : « qui suis-je ? et d’où suis-je ? ». Ces questions lient le destin historique des peuples.
Le socle de notre identité, ce sont les peuples nordiques fondateurs de notre région. C’est d’eux, que de génération en génération, nous descendons !
Ces peuples nordiques, c’est-à-dire, étymologiquement « riverains de la Mer du Nord », sont constitués essentiellement de Germano-belges, de Saxons, de Francs saliens, de Frisons, de Jutes, de Cattes, de Bataves, et même de Danois.
Ce socle ethnique se constituera, vague après vague, entre 600 avant notre ère et 800, c’est-à-dire pendant un millénaire et demi, et se fixera définitivement sous Charlemagne au IXème siècle.
C’est de ces origines nordiques que nous Flamands, tenons notre farouche sens de la liberté et nos valeurs de courage et de travail.
C’est sur cette assise ethnique homogène que se constituera le puissant Comté de Flandre que la France tentera pendant un autre millénaire de démanteler, puis d’éliminer.

Si aujourd’hui, nous sommes effectivement des « Français », nous ne sommes que des « citoyens » français, des « Français de papier », encartés, comme tous les autres « citoyens » de l’Hexagone et de ses colonies ou qui en font la demande en débarquant à Marseille. Nous n’avons pas le choix ! Mais notre appartenance à l’« identité » française s’arrête là ! D’ailleurs, on devrait parler de « carte de citoyenneté » plutôt que de « carte d’identité ».
Tout le monde peut devenir « citoyen » français, mais tout le monde ne peut pas devenir flamand, breton, corse ou africain !

La citoyenneté basée sur le droit du sol est interchangeable.
L’identité et la nationalité basées sur le droit du sang NON !

Le droit à l’identité est le premier de tous les droits des hommes et des peuples. « Tout individu fait partie d’une ethnie avant d’appartenir à un Etat » (JM Gantois). Ceci n’est pas négociable !

Un Arbre ne tient que grâce à ses racines. La réalité économique peut fluctuer sensiblement; on peut tomber et se relever. Par contre l´identité n´est pas une variable friable, on ne se relève pas du métissage : nous ne sommes pas des OGM !!!
Certains petits peuples l’ont bien compris et ceux-là resteront dans l’Histoire.

Pour les Flamands et pour tous les autres peuples et régions de l’Hexagone, l’ennemi mortel, c’est le JACOBINISME associé au MONDIALISME, que celui-ci soit libéral ou soi-disant « alter- mondialiste ».
Cette sorte de « fascisme mou » est typiquement français. Ses agents constituent la véritable racaille de ce pays dont ils ont programmé la disparition.

Le fédéralisme est l’une des réponses possibles à cette situation. La seule solution pacifique et démocratique de rechange permettant de concilier notre « citoyenneté française » actuelle avec notre identité ethno - culturelle enfin reconnue, et permettant de restaurer notre souveraineté dans la plupart des domaines, notamment culturel, linguistique, économique et fiscal.

Le fédéralisme et la défense du droit des peuples sont les idées les plus diamétralement opposées au fascisme consubstantiel à tout Etat Nation et à sa volonté utopique et totalitaire de créer un « Homme nouveau » abstrait, coupé de ses racines charnelles.
Les options classiques « droite - gauche » viennent après, et pour moi elles sont secondaires et dispersent notre attention de l’enjeu le plus vital, notre survie ethnique.

J’invite tous les Flamands de France à oser regarder ces choses en face, à oser penser en hommes et en femmes libres et à ne plus se laisser intimider par les insulteurs de la pensée « politiquement correcte ».
QUAND ON N’OSE PLUS DIRE CE QU’ON PENSE, ON FINIT PAR NE PLUS PENSER CE QU’ON DIT !

POUR UN COMMUNAUTARISME FLAMAND !
Nous devons impérativement nous penser en « communauté flamande », c’est-à-dire nous regrouper, constituer des groupes identitaires flamands, pratiquer entre nous une solidarité active dans tous les domaines (vie familiale, professionnelle, sociale, culturelle, etc.) et ceci, sans tenir compte bien sûr du pointillé qui sert de frontière avec nos frères du nord, dont je salue au passage l’émancipation politique en cours.
NOUS NE DEVONS COMPTER QUE SUR NOUS-MEMES ! Notre seul avenir, c’est le COMMUNAUTARISME FLAMAND, et tant pis si ce mot dérange !
C’est tout simplement notre survie ethno -culturelle qui est en jeu et personne ne le fera à notre place, c’est une certitude !

Depuis que je défends cette idée - cela fait plus de 30 ans - j’ai entendu 100 fois la phrase désespérée et fataliste : « On est en train de crever ! La Flandre est foutue ! ». C’est ce qui arrive à force de ne pas oser déplaire ! Aujourd’hui, nous avons la force des gens qui n’ont plus rien à perdre ! Exploitons cette force !

Nous savons que nous serons diabolisés et considérés comme des parias dans notre propre pays, des « GUEUX » ! Mais les GUEUX chez nous, on connaît bien, c’est un pur produit flamand !

C’est une longue marche qui s’annonce, pleine d’embûches, mais l’Histoire nous a appris que les premiers nationalistes Irlandais étaient accueillis à coups de cailloux par leur propre peuple. Aujourd’hui, l’Irlande est libre et indépendante et a le niveau de vie le plus élevé d’Europe !

Nous sommes du Pays des Gueux iconoclastes et des rudes Kerels insoumis comme de celui des fiers beffrois ! Sachons nous en souvenir !
« Le lion flamand est indomptable » comme le chantent tous les Flamands d’Europe dans leur hymne national ! Enfin…« … aussi longtemps qu’un Flamand vivra ! zolang een vlaming leeft !!! ».
ET NOUS SOMMES VIVANTS !

Soyons plus que jamais des dissidents identitaires, des GUEUX !
La dissidence identitaire est désormais un devoir !
Et pour nous, elle ne saurait être que FLAMANDE et EUROPEENNE !

C’est au cœur de la nuit qu’il faut croire en la lumière !

JE VOUS DONNE RENDEZ-VOUS LE SAMEDI 26 AVRIL 2008 à NOORDPEENE POUR LA PROCHAINE MARCHE DE LA PEENE, qui doit être le grand rendez-vous annuel des Flamands debout !

LA MARCHE DE L’IDENTITE FLAMANDE, C’EST L’IDENTITE FLAMANDE EN MARCHE !

Leve Vlaanderen ! Vive la Flandre ! Vive nos Pays-Bas !

Régis DE MOL
ZUYTPEENE le 28 avril 2007

Partager cet article
Repost0

commentaires